Le RGPD contribuerait à asseoir la domination des grandes entreprises de la tech

Posted on

Le RGPD contribuerait à asseoir la domination des grandes entreprises de la tech

Au détriment des plus petites, sur le marché de la publicité

Le bilan du RGPD depuis son entrée en vigueur officielle en mai dernier est assez hétéroclite. Une analyse faite en juin dernier a montré que l’interprétation faite de la réglementation varie fortement d’un acteur à un autre. Par exemple, certains sites offrent des options d’adhésion préalablement cochées, des options masquées que les consommateurs sont obligés de rechercher, des bannières de consentement dont les informations ne peuvent être atteintes qu’avec un clic supplémentaire et qui n’ont pas de bouton « Rejeter ».

D’autres se servent du « nuke button » qui permet à l’utilisateur de rejeter absolument tout sans même lui donner une idée de ce qu’il rejette ou accepte. Le règlement a vivement été critiqué pour son caractère vague et pour le fait qu’il soit sujet à interprétation. Un bilan encore plus récent montre que les directives du règlement contribuent à renforcer la mainmise des géants tels que Google et Facebook sur le marché de la publicité au détriment de dizaines d’entreprises plus petites.

 

En effet, Google, Facebook et d’autres grands du Web continuent à amasser et analyser des quantités colossales de données à travers des procédés « conformes au RGPD ». Lesquelles données pourront être exploitées par les annonceurs moyennant forte rétribution. « C’est un défi pour l’écosystème numérique. Mais si les consommateurs sont convaincus que leurs données sont protégées et qu’ils comprennent comment elles sont utilisées, et ce avec autorisation, cela devrait finalement être une bonne chose pour les clients et pour nous », a déclaré Mark Read, co-responsable de WPP, une agence de publicité.

Selon les estimations, pour chaque dollar dépensé par un annonceur, les entreprises de l’Ad Tech en reçoivent environ la moitié. Lorsqu’un internaute publie une page, plusieurs demandes d’enchères contenant des informations personnelles sont envoyées dans l’écosystème publicitaire. Ces données personnelles peuvent alors passer par plusieurs entreprises de publicité avant que l’une d’entre elles ne fasse une offre lors d’une vente aux enchères pour obtenir de l’espace sur le site Web et qu’une annonce soit chargée.

Et cette propagation des données personnelles constitue un risque de violation du RGPD. Ce risque de non-conformité implique donc que la manière dont les annonceurs et éditeurs partagent les données d’utilisateurs soit repensée. En attendant, plusieurs agences de publicité dont Kargo, Verve et Factual ont cessé toute activité publicitaire dans le secteur d’application du RGPD. « Dans un monde où nous plaçons le consommateur au premier plan, l’écosystème très coloré des sociétés n’aura que très peu de possibilités d’obtenir un consentement », a déclaré Andrew Casale, responsable d’Index Exchange.

Harry Kargman, président de Kargo déclare qu’il s’attend à ce que Facebook et Google surfent sur la vague d’incertitude créée par cette situation. Compte tenu de la base solide sur laquelle les clientèles de ces deux entreprises sont basées, elles devraient recevoir un ratio de consentement assez élevé. En outre, les gros moyens dont disposent ces entreprises leurs permettent de s’assurer en tout temps de leur conformité avec les réglementations.