Les clients d’Oracle seraient en train de migrer vers SQL Server et d’autres SGBD

Posted on

Les clients d’Oracle seraient en train de migrer vers SQL Server et d’autres SGBD

Oracle perdrait du terrain sur tous les fronts selon des analystes

Pour rappel, Oracle a déjà des difficultés à cause de ses tactiques de vente agressives, menaçant les clients de ses logiciels sur site avec des audits d’utilisation potentiellement coûteux et suggérant fortement que ces clients pourraient résoudre leurs problèmes en se déplaçant vers son cloud. Cela fait migrer ses clients vers les solutions cloud des concurrents. Oracle (chiffre d’affaires annuel de 1,7 milliard de dollars et une croissance annuelle de 24 %) s’était déjà fait surclasser par Amazon Web Service, le leader du marché cloud (34 % de part de marché, 20,5 milliards de dollars de revenus et 44 % de croissance annuelle) et par Microsoft Azure (11 % de part, pour 6,3 milliards de dollars de revenus annuels et 98 % de croissance annuelle).

L’annonce de JP Morgan selon laquelle Oracle est en train de perdre la faveur des acheteurs de technologies pour des principaux fournisseurs de solutions de cloud computing est une consécration de la chute du leader de solution de base de données sur site.

En effet, les actions d’Oracle sont en baisse de 4,9 % à la suite de la rétrogradation de son titre, par le cabinet d’analystes JP Morgan, le faisant passer de 55 $ à 53 $. La note d’Oracle a été, par ailleurs, abaissée par le cabinet à neutre, en s’appuyant sur des résultats négatifs dans un sondage sur les dépenses des DSI.

Dans une note envoyée aux clients hier, selon CNBC, l’analyste Mark Murphy a mentionné que les « mesures spécifiques d’Oracle dans notre enquête CIO à grande échelle ont été négatives, ce qui nous rend mal à l’aise car les résultats de nos enquêtes CIO au cours des années ont été hautement prédictifs. Les intentions de dépenses d’Oracle ont seulement semblé tièdes dans notre travail d’enquête CIO dans un passé récent, mais les données plongent dans le sondage actuel. »

M. Murphy n’a pas aussi manqué de révéler des résultats des discussions avec des DSI des clients de technologies selon lesquels ces entreprises sont en train de migrer des bases de données Oracle vers Microsoft, Amazon et autres. « Dans nos discussions, les DSI ont clarifié qu’ils migrent les bases de données Oracle vers Microsoft SQL Server, les bases de données Amazon et PostgreSQL. »

Selon son rapport, 27 % des DSI ont mentionné Microsoft comme leur fournisseur « le plus complet », 12 % pour Amazon et seulement 2 % pour Oracle.

L’analyste a déclaré ensuite que « La force d’Oracle dans la base de données et le middleware est contrée par l’incertitude à long terme des applications et du matériel, car les préférences de consommation informatique passent des solutions traditionnelles sur site aux modèles de cloud public ».